Uncanny X-Men (2018)Annual #1 et #11-22

Avant de poursuivre la série Uncanny X-Men (2018) (voir l’article avec les épisodes 1 à 10 : X-Men Disassembled), intéressons-nous d’abord à son premier, et unique, Annual. Celui-ci contient en effet les prémisses de la suite, avec le retour d’un des X-Men emblématique : Cyclops. On pourrait ajouter que Wolverine revient aussi, au moins dans les pages des X-Men, mais je n’ai pas suivi ses nombreux errements avant qu’il n’arrive ici.

Uncanny X-Men (2018) Annual #1

UNCANNY X-MEN ANNUAL 1

En son temps, celui de la maudite saga Death of X, j’avais râlé sur la piteuse fin du leader emblématique des mutants. Et bien, le voici « déjà » de retour ! Marvel semble battre sa coulpe et présenter indirectement ses excuses au lectorat, puisque c’est un jeune Cable qui le dit après avoir œuvré pour ressusciter son « père », via une machination précise et des voyages temporels, tout en utilisant un fragment de la force Phénix. Mouais… Toujours est-il que Cyclops revient enfin, donnant un coup de fouet à la série X-Men qu’il a toujours marqué. Seul souci : les mutants ont tous disparus ! Tous ? Pas vraiment, car il reste celui qui a toujours été un membre récalcitrant, et un rival pour le coeur de Jean Grey : Wolverine.

De dessins corrects mais un deus ex machina tellement énorme qu’on ne peut qu’assister, béant, au retour du héros et ne pas trop chercher de logique. Au passage, changement de costume et retour aux sources, Summers a changé comme on le verra dans la suite.

On notera par contre que Marvel semble s’excuser pour le départ pitoyable de Cyclops tout en oeuvrant de la même façon pour le « vieux » Cable, ses fans apprécieront…

Uncanny X-Men (2018) #11-22

UNCANNY X-MEN 11

Les X-men ont disparu et Cyclops se retrouve seul ? Non, il reste quand même quelques mutants que Summers va essayer de fédérer, même s’il faut aller les chercher dans les égouts des Morlocks. Blindfold, sur le déclin car devenue folle par la vision de ses futurs possibles, croise cependant le chemin de Cyclops, Madrox et Wolverine. Tandis que le vaccin anti-mutant se répand librement dans le pays, Summers décide de libérer les mutants capturés par un gouvernement fascisant maintenant que les X-Men ne sont plus là pour l’en empêcher. Ainsi, l’organisation O.N.E. contrôle et expérimente sur les mutants, mais Cyclops et Wolverine arrivent à délivrer les New Mutants et Havok, notamment, tandis que leur ennemi se révèle : le général Callahan et donc l’armée U.S.

Peu de temps après, Cyclops fait une liste des organisations ennemies à arrêter car si la majorité des X-Men ne sont plus là, leurs ennemis, eux, ont maintenant le champ libre. Au nombre desquels on trouvera Dark Beast, que les mutants vont faire travailler pour eux, ou encore Hope et son Mutant Liberation Front, qui cherche à détruire le vaccin anti-mutants. Le scénario redonne au passage d’anciens costumes à des X-Men maintenant dépourvus de moyens et utilisant l’arrière-salle d’un bar en tant que Q.G. ! Et les fait arpenter d’anciens chemins tels les tunnels des morlocks de sinistre mémoire.

Au milieu des combats, Cyclops et Wolverine finiront par se respecter, à défaut de s’apprécier et le leader mutant méritera enfin son nom. Mais même s’il est censé changer de façon de faire et partager le pouvoir, on se rendra vite compte qu’en fait il décide toujours tout seul à la fin. La série est aussi l’occasion de remettre en avant les New Mutants, à peu près les seuls survivants des équipes historiques, malgré les défections et les disparitions, on assistera d’ailleurs à un long épisode de funérailles qui résonne avec l’actualité, entre harcèlement sexuel et racisme.

uncanny x-men 2018 18

L’équipe hétéroclite hérite ensuite du Fléau, de Hope et Banshee voire d’une nouvelle Psylocke, capture Mister Sinister et se lance sur la piste d’Emma Frost qu’ils ont curieusement oubliée ! Alliée à Mystique, Emma tire les ficelles dans l’ombre à la tête du Hellfire Club. Mais peut-être n’est-elle qu’un pantin aux ordres d’un autre ennemi… Une longue piste à suivre tandis que le vaccin anti-mutants se répand mais s’avère mortel pour certains, l’un d’eux ayant agi pour le modifier.

Matthew Rosenberg s’amuse à un jeu mortel et n’hésite pas à éliminer certains personnages existant de longue date, on voit qu’il va y avoir un sacré reboot à suivre car il se lâche vraiment, frôlant parfois l’overdose ! Même si l’originalité n’est pas toujours de mise, entre état fasciste et encore des sentinelles, un vent de fraîcheur souffle parfois sur la série qui bouscule enfin ses codes avant un final apocalyptique et le retour des disparus. Dommage que les dessins ne soient pas toujours à la hauteur, les dessinateurs se succédant sur la série même si Larroca domine.

Maintenant, il reste à voir si, après cette table rase, Jonathan Hickman va relever enfin le niveau des séries X-Men dans les séries jumelles House of X et Powers of X !

Editions reliées en V.O.

Editions en français (softcover puis reprise en album) en librairie chez Panini Comics

Restez informé : abonnez-vous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :