The Boys – saison 1 (série TV, 2019)

affiche série TV the boys amazon 2019

Je n’ai quasiment pas entendu parler de la sortie de la série TV The Boys, il faut dire qu’elle est diffusée sur Amazon Prime Video, nettement moins populaire que Netflix (je n’y ai moi-même vu comme série que The Man in the High Castle et un peu d’Electric Dreams). Pour autant, les séries Marvel sur Netflix sont de qualité très variable, certaines sont carrément mollassonnes, Amazon en prend le contre-pied en adaptant une oeuvre iconoclaste de Garth Ennis (que je n’ai pas lue, 72 épisodes…). Et il faut reconnaître que les britanniques ont souvent secoué le cocotier des comics !

The Boys raconte l’histoire d’un présent alternatifs où les super-héros « réels » sont partout, enfin, surtout aux USA, hein, et si chaque ville ou presque à son justicier, le groupe le plus connu est celui des Seven (les Sept en V.F.). L’inspiration est celle de DC, avec une Justice League revisitée : Outlander (dont on perd la qualité du nom en V.F. avec un « Protecteur » est inspiré de Superman, Queen Maeve de Wonder Woman, A-Train de Flash, The Deep (devenu… L’Homme-Poisson !) d’Aquaman, Black Noir lorgne vers Batman ou Diego d’Umbrella Academy, Starlight (Stella) est une jeunette naïve qui peut faire penser à Stargirl, reste Translucent (Translucide) un homme invisible mais on croisera aussi le bigot Ezekiel qui fait penser à Plastic Man. Pour autant, les Avengers de Marvel sont aussi présents d’une certaine façon, via une tour gigantesque en pleine ville qui sert de Q.G. au groupe. Et les deux marques sont épinglées par leur capacité à franchiser leurs héros, ici c’est la société Vought qui gère les droits et les activités des super-héros via des films, vidéos, jouets, dérivés publicitaires de toutes sortes. Toute ressemblance…

The Boys The Seven

Tout va donc pour le mieux dans un monde où la criminalité baisse grâce aux locations de super-héros qu’offre Vought aux municipalités, pour le plus grand bonheur des citoyens consommateurs… Jusqu’à ce que le ton de la série soit donné : le jeune Hughie voit sa copine se faire pulvériser, avec force éclaboussures de sang (il ne lui reste plus que les mains de son amoureuse, restées dans les siennes !), par le bolide A-Train lancé à toute allure. Commence alors une plongée vers le côté obscur de la super-force : l’énigmatique Butcher vient lui proposer de participer à une vendetta et on apprendra les raisons de cette haine qu’il a des supers. Car ceux-ci sont bien loin d’être parfaits : The Outlander, sous ses apparences patriotiques, est un sadique surpuissant lorgnant vers The Outsider ou Ultraman du Syndicat du Crime de Terre-3 ou le Superman d’Injustice. Avec une prestation énorme de l’acteur Antony Starr. Queen Maeve a mis de côté ses sentiments et les noie dans l’alcool, The Deep est un maniaque sexuel et agresse Starlight dès son arrivée, Translucent traîne dans les toilettes des femmes, A-Train est drogué au Composé V qui va prendre une place centrale dans l’histoire et expliquer beaucoup de choses (mais je ne spoilerai pas). Seul Back Noir, muet et peu présent, est en retrait.

Maniant l’ironie, le cynisme, la violence, montrant des héros qui sont souvent de vrais salauds profitant de leurs pouvoirs ou de leur aura, gérés de main de maître(sse) par leur manager Madelyn Stillwell, The Boys vaut aussi pour son équipe éponyme. Autour de Butcher le badass parfaitement campé par Karl Urban (enfin sorti des sous-rôles ?) et qui évoque John Constantine par sa capacité à embrouiller et manœuvrer ses acolytes, il y a Hughie le crédule (Jack Quaid est parfait), Frenchie (joué par un acteur israélien au parfait mauvais accent français en V.O. !) le psychopathe amoureux, Mother’s Milk (La Crème ?!) le père de famille qui va replonger à contre-coeur et Kimiko, une super à la Wolverine ou X-23 sauvée mais sauvage !

the boys saison 1

On malmène dans la série de nombreux thèmes, la manipulation des médias (les héros ont une équipe qui prépare leurs interventions et les met en valeur), le mouvement MeeToo, les télé-évangélistes américains, la corruption des politiques, la faim insatiable de certaines sociétés prêtes à tout, la difficulté de gérer des êtres à super-pouvoirs et bien d’autres (on pensera aussi à la « trilogie Black Summer » de Warren Ellis – tiens donc, un autre britannique- que j’ai lue mais pas chroniquée ici). Le tout via des épisodes violents, sanglants et hilarants en même temps, les séquences avec Translucent ou la maternité étant des chefs d’oeuvre du genre. Tandis que Hughie d’un côté et Starlight de l’autre perdent leurs illusions et apprennent à voir l’envers du décor et à se salir les mains.

Totale réussite donc pour cette première saison, avec une fin qui redistribue les cartes et promet pour l’avenir, Butcher étant face aux secrets d’un Outlander désormais totalement décomplexé et toujours aussi surpuissant. Une série jubilatoire, loin des mièvreries auxquelles le genre est souvent cantonné et putain, ça fait du bien ! Vendez votre âme au diable Satamazon et regardez-la ! Vivement la suite !

Un autre avis enthousiaste chez Apophis.

Publicités

10 commentaires sur “The Boys – saison 1 (série TV, 2019)

Ajouter un commentaire

  1. Je me réjouis de découvrir la série. ON a plongé dans une demi-heure du premier épisode, mais on va continuer.
    J’en suis à la moitié de la version papier. commencée il y a mille ans…. (m’enfin pourquoi je fat toujours de s stop en cours de route moi?! ;-))
    L’occasion du coup de replonger mon nez dans les Comics!
    Belle chronique en tout cas! Ama*zon Pr*me doit te dire merci!

    J'aime

      1. La série est finie. Il y a 6 intégrales. Bon j’imagine qu’ils vont les rééditer. C’est chez Panini Comics… et le troisième était en rupture de stock à l’époque. (il y a 4-5 ans je dirais).

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :