The Punisher – saison 1

the-punisher-marvel-netflix-afficheBien longtemps après tout le monde, je sors enfin mon avis sur la série télévisée The Punisher diffusée sur Netflix. Comme tous les fans qui l’avaient apprécié dans la saison 2 de Daredevil, j’attendais avec impatience la série qui était consacrée à Franck Castle. Enthousiasme douché rapidement après quelques épisodes, au point d’arrêter de regarder, et de ne reprendre que très récemment pour la finir enfin.

La série démarre alors que Franck, tentant de vivre anonymement après avoir abattu ceux qu’ils pensaient responsables de la mort de sa famille, est contacté par un expert en informatique, surnommé Micro, qui a des informations sur son passé. Lors de ses missions dans l’armée en Afghanistan, l’équipe de Castle a en effet été mêlée à un trafic d’héroïne, et aux enlèvements et meurtres de cibles jugées dangereuses. Parmi elles, un policier – pourtant innocent-  qui a travaillé avec Dinah Madani, un agent de la CIA qui cherche les coupables. Et va croiser la piste de Castle que tout le monde croit mort…

La série traite résolument le thème des exactions commises lors de la guerre mais aussi, et longuement, sur le retour difficile des vétérans au pays. Syndrome de stress post-traumatique, cauchemars, ré-intégration difficile dans la société, groupes de parole, les aspects sont abordés tandis que chacun réagit différemment. Castle dans une vie sans vrai but, son ami Curtis essaye d’aider les autres, un autre ami, Billy Russo, s’est spécialisé dans les missions paramilitaires privées où il retrouve la montée d’adrénaline des combats, tandis que le jeune Lewis sombre peu à peu dans la folie et se tourne vers la violence et le terrorisme.

the-punisher-s1-2017.jpg

Les premiers épisodes sont un peu lents, tandis que Castle se rapproche de la famille de Micro, alias David Lieberman, qui croit à sa mort, à la grande inquiétude de ce dernier observant avec des caméras son ancien domicile. Les liens entre les deux associés, bien dissemblables, sont aussi un des intérêts de cette équipe contre nature, même si le personnage de Micro est un peu caricatural par moments. On retrouve aussi dans cette saison la journaliste Karen Page, avec un début d’attirance réciproque entre elle et Castle. Lequel semble doté du pouvoir auto-guérisseur de Wolverine tant il guérit vite de ses multiples blessures !

the_punisher.jpg

Les épisodes ont beau être ponctués de scènes d’action, je pense que sur les treize, au moins 3 ou 4 auraient pu être supprimés, et le rythme aurait été meilleur. J’avais donc arrêté, guère passionné par l’ensemble, et je ne regrette pas d’avoir repris car il y a une escalade dans la dernière partie de la saison, quand Castle se rend enfin compte de l’ennemi qu’il doit combattre. Avec une confrontation finale qui tient toutes ses promesses. Enfin ! Côté casting, rien à signaler, Jon Bernthal est toujours aussi charismatique, bien secondé par Ebon Moss-Bachrach (Micro) et surtout Ben Barnes (Russo).

Avis mitigé donc pour cette première saison, globalement positive mais un peu trop délayée. C’est d’ailleurs un reproche que je fais à la plupart des séries Marvel/Netflix qui gagneraient à ne compter que 10 épisodes.

A lire aussi : critique de la saison 2

6 commentaires sur “The Punisher – saison 1

Ajouter un commentaire

  1. Parfaitement d’accord avec toi : la série est trop longue de quelques épisodes (comme toutes les saisons jusque là à l’exception de Daredevil et Defenders) mais est sauvée par ses personnages. Et puis on passe quand même encore un cap dans la violence…
    Sinon, hormis le logo Marvel, il n’y a absolument rien de « super héros », c’est un peu perturbant.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :