Avis comics novembre 2017

Voici le bilan de mes lectures de comics de super-héros pour le mois écoulé.

Comics en V.O.

the-mighty-thor-700The Mighty Thor #700-701

Les éditeurs de comics sont parfois fans des numérotations originelles, et Marvel, à l’instar de DC et de son Rebirth, a décidé de reprendre certaines séries en comptant tous les épisodes malgré les changements de titre et de volume. Numéro 700 donc pour Thor, qui succède à The Mighty Thor #23 et se paie pour l’occasion une maxi-pagination avec 50 planches. Plusieurs dessinateurs sont à l’oeuvre dans ce numéro hommage qui voit la guerre des royaumes balayer les nornes, malgré la protection d’Odinson, tandis que Jane combat She-Hulk. Mais aussi Loki à l’oeuvre, Thor dans le passé et dans le futur, la grenouille Throg, des futures menaces avec le destin de Galactus , Mangog, le War Thor et beaucoup d’autres choses reprises du début du run ou de l’héritage des auteurs ayant précédé Aaron sur la série. Alors que l’on s’achemine vers la mort annoncée de Thor… Et le #701 est d’ailleurs consacré au combat épique et tragique entre le survivant d’un peuple, Mangog, et celui d’un univers, l’Ultimate Mjolnir manié par le War Thor !

doctor-strange-volume-4Doctor Strange #17-20 + Annual #1

Rattrape de la série Dr Strange avec le même Jason Aaron qui signe Thor et qui fait intervenir la déesse du tonnerre pour aider le magicien suprême à délivrer Wong des griffes de Mr Misery. Un team-up inattendu suivi d’un exorcisme, et d’un changement dans l’entourage de Strange, qui fait écho aux départs d’Aaron et de Bachalo de la série. Dommage car le fun du scénario et des dessins s’alliaient vraiment bien pour rendre la série délirante et amusante.

L’annual, lui, s’intéresse à Clea, la grande absente du run d’Aaron, alors qu’elle est quand même l’ancienne épouse de Strange. Une petite histoire pas très intéressante qui revient sur ses liens avec Strange mais est assez décevante. La back-up story qui annonce la série des Sorcerers Supremes est plus attirante.

Comics en V.F.

batman-rebirth-6Batman Rebirth #6

Batman #12-13 Après un long épisode où Batman se fraye un chemin tout seul face à des centaines de gardes sur-armés, c’est le combat final un peu décevant face à Bane, avec une trahison au passage. Les dessins de Mikel Janin sont bons, mais le scénario de Tom King est vraiment très léger.

Detective Comics #946 -947 Fin de l’arc sur le Syndicat des Victimes mais le danger vient peut-être d’ailleurs. Je ne suis pas trop convaincu par le retournement induit dans les rangs de Batman.

All Star Batman #4 fait toujours la part belle à Duke et est toujours aussi laid et brouillon.

Nightwing #10-11 voit le héros arriver et s’établir à Blüdhaven. Il y croise des seconds couteaux et j’ai eu du mal à m’intéresser à cette histoire banale et aux dessins moyens.

Il est temps de passer à autre chose et comme je l’évoquais auparavant, d’arrêter la dernière revue kiosque que j’achetais encore, pour cause de médiocrité du sommaire. Après toutes ces années, c’est avec regret.

Pour les éditions librairie :

daredevil-miller-romita-jrDaredevil L’Homme Sans Peur (édition 20 ans de Panini Comics)

J’ai longtemps lu Daredevil dans les pages de Strange, l’ait perdu de vue (ah, ah) à l’époque où la censure l’a éloigné puis je l’ai retrouvé dans la défunte revue Marvel Knights où ses aventures étaient sympathiques. Cette BD est l’occasion de retrouver une ancienne mini-série (1993) signée Frank Miller au scénario, qui revisite les origines de DD, passe rapidement sur son accident et se concentre surtout sur sa relation avec son père et sa romance mouvementée avec Elektra, puis ses débuts de justicier (ce qui a bien réussi à Miller dans le passé, et a largement inspiré la série TV de Netflix). Un bon moyen de se revisiter les origines du personnage si on ne le connait pas, dans une version bien plus violente que celle d’origine. Le dessin oscille entre correct et laid, c’est du John Romita Jr et je ne suis pas fan. Un petit mot sur les couvertures des éditions spéciales choisies par Panini et signées par des dessinateurs de « franco-belge », et que je trouve globalement laides. Ici, ce n’est pas le cas mais ce n’est non plus vraiment à mon goût. Dommage.

savage-sword-conan-1-collection-hachetteThe Savage Sword of Conan – tome 1

Parmi les innombrables collections Hachette, voici celle dédié à notre cimmérien préféré (et toujours en cours chez Panini sous le titre des Chroniques de Conan). Dans ce premier tome, les 5 premiers épisodes de la série US Savage Sword of Conan datant de 1971 à 1974. Des histoires en noir et blanc, adaptées de R.E. Howard ou librement inspirées, dans lesquelles Conan croise femmes farouches ou fatales, sorciers maléfiques, monstres épiques et autres cités maudites. Du classique, plutôt sympa dans son genre, avec des dessins de Barry Windsor-Smith, Roy Thomas, Neal Adams ou encore Starlin et Milgrom, que je ne pense pas suivre assidûment pour autant, il faut dire qu’il y a 75 tomes prévus ! Je rappelle que mon pseudo vient d’un album de Conan, la forteresse de Xapur, paru chez Lug et qui contenait justement une histoire présente ici, où un méchant souverain a des airs de Drax le destructeur !

le-roy-des-ribauds-tome-1Le Roy des Ribauds – tome 1

Il en aura fallu du temps, et des critiques positives de mes confrères blogueurs (poke Gromovar) pour me décider à lire cette BD qui ne contient même pas de fantasy ! Ici, on est en plein Moyen-Age, dans un récit fictif d’inspiration historique autour du roy Philippe Auguste, mais surtout de son âme damnée, le chef la police chargé des basses oeuvres. Hélas pour lui, une vengeance personnelle va le mettre en porte-à-faux avec les intérêts du royaume de France. Je ne raffole pas des dessins de Ronan Toulhoat, le style ne me satisfait pas entièrement (ce qui m’avait fait écarter le livre de prime abord), mais on s’y habitue. Le scénario de Vincent Brugeas laisse la part belle à une crapule, qui agit dans l’ombre d’un roi pas très recommandable, et si l’ensemble est assez classique, cela se lit bien et ménage quelques surprises et rebondissements. Je pense donc lire les suites.

aquaman-tome-5-urban-comicsAquaman – tome 5 : Maelström

Retour dans l’univers des New 52, pré-Rebirth donc, pour finir la série précédente d’Aquaman dont j’avais déjà chroniqué les 4 premiers tomes et laissé celui-ci de côté.

Deux arcs sont au menu de ce volume : Aquaman combat tout d’abord une créature chimère créée par des scientifiques, dont le Dr Shin, à partir d’animaux marins et d’ADN humain. Puis il se lance sur les traces de sa mère, qu’on croyait morte, afin de comprendre également pourquoi l’Atlantide le rejette en partie. Sur son chemin mouvementé, il croisera notamment le Limier Martien et Gorilla Grodd.

Rien de bien extraordinaire dans ce dernier tome, avec un scénario assez convenu de Jeff Parker, plein de péripéties (trop, parfois) et des dessins signés en grande partie par Paul Pelletier (qui ne sont pas sans rappeler Alan Davis, c’est donc du bon niveau). Une série qui se laisse lire mais sera vite oubliée. La suite, ce sera Rebirth et en kiosque (lire ici).

Lire aussi : index des avis BD/Comics du blog – Autres bilans mensuels

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :