Justice League – Icônes

justice-league-icones

Justice League – Icônes est un gros pavé de la collection DC Deluxe chez Urban Comics, avec 400 pages grand format (38 x 24 cm), qui regroupe des histoires parues séparément entre 1999 et 2005 et signées Paul Dini et Alex Ross.

Des récits intemporels qui mettent en valeur les plus grands héros DC Comics, mais ne les confrontent pas aux super-vilains habituels, ils les ancrent plutôt dans des drames quotidiens et les rapprochent des « simples » humains.

superman_peace_on_earth

Ainsi, Superman décide de combattre la famine, et de passer une journée à travers le monde à distribuer de la nourriture. Mais il rencontre parfois incompréhension voire hostilité, et se rend compte que malgré ses immenses pouvoirs, il ne peut pas forcément résoudre tous les problèmes.

Batman combat le crime à Gotham, et se retrouve dans le destin tragique d’un jeune enfant. Chacun fait ses choix, et la mission du héros est de continuer à essayer d’aider ceux qui en ont besoin.

batman_war-on-crime

Captain Marvel (qu’on doit plutôt maintenant appeler Shazam !) rend visite à des enfants malades afin de les distraire, de leur faire visiter des endroits extraordinaires et leur redonner espoir. Pourtant, cet espoir est parfois difficile à conserver car tout ne peux pas être résolu par des super-pouvoirs.

Wonder Woman joue son rôle d’ambassadrice et essaye de faire négocier dirigeants et contestataires, ou de résoudre des conflits à travers le monde. Mais entre ceux qu’elle dérange, et son incarnation de la perfection, les effets ne sont pas toujours ceux qu’elle voudrait. Son ami Clark Kent va lui suggérer de se rapprocher des hommes, comme il le fait, pour passer plus facilement inaperçue et être parfois plus efficace.

wonder-woman-alex-ross

Ces quatre premiers récits ont la particularité d’être racontés en voix off par le héros lui-même, et de ne pas comporter de bulle de dialogue. Chacun revient sur ses origines, doute, essaie de se rendre utile, se rend compte qu’il ne pourra pas forcément fournir toutes les solutions. Mais l’important est d’essayer et de garder espoir, tout en l’apportant aussi aux autres. Ces histoires intemporelles sont magnifiées par les peintures d’Alex Ross, dont je suis un grand fan. Un procédé hyper réaliste, avec le look classique de chacun, élaboré à partir de modèles costumés ! Et un régal pour les yeux, avec notamment des doubles-pages de toute beauté.

Origines Secrètes revient sur la genèse des héros de la Ligue de Justice, avec une double-page pour chacun (afin de rendre hommage à la façon de faire des créateurs de Superman et Batman, qui faisaient court à l’époque). Une couleur caractéristique très présente pour chacun : le rouge pour Flash, le vert pour Green Lantern, le bleu pour Aquaman, un rouge moins vif pour le Limier Martien (Martian Manhunter), encore du vert pour Green Arrow, du marron pour Hawkman, un autre bleu pour Atom, un autre rouge pour Plastic Man, et enfin une double-page pour des héros plus secondaires comme Zatanna ou Red Tornado. Là aussi, on saluera le talent d’Alex Ross, pour résumer les histoires de chacun en fragmentant les pages avec talent, et en maîtrisant une colorisation qui est très présente sans être gênante.

JLA-Secret_Origins_Flash

Ces origines peuvent aussi être vues comme un prologue au long récit qui clôture le tome. Intitulé Liberté et Justice, il voit les membres de la Ligue de Justice répondre à la demande d’aide de l’armée américaine, qui a détecté une épidémie en Afrique. Celle-ci est due à un virus extra-terrestre qui ne s’en prend qu’aux humains. L’occasion de voir les héros collaborer, utiliser leurs pouvoirs le plus efficacement possible, mais se rendre compte aussi qu’il n’est pas facile pour eux de ne pas susciter d’inquiétude, de peur, par leurs capacités surhumaines ou leur apparence, ou encore leur origine alien pour certains. Finalement, il est parfois plus difficile de combattre les idées de certains humains ordinaires plutôt qu’un puissant super-vilain. Cette fois, les dialogues sont dans des bulles, et là encore le talent très réaliste d’Alex Ross s’exprime, même si cette aventure plus « habituelle » rend les personnages moins iconiques que les premiers récits de ce volume.

Pour conclure, de nombreux bonus expliquent les débuts du projet, la collaboration entre Dini et Ross, et nous montre le processus créatif de Ross, depuis les esquisses jusqu’au résultat final, en passant par certaines photos de ses collaborateurs prenant la pose.

justice-league-icones-alex-ross

Et enfin, cerise sur le gâteau, cette édition sur papier glacé nous dévoile un magnifique poster recto-verso avec les super-héros prenant la pose ou en pleine action.

Un ouvrage de luxe qui mérite bien sa place dans la collection DC Deluxe d’Urban, pour tous les amateurs de ces grands héros, ici très proches de l’humanité, et magnifiés par le talent d’Alex Ross au top de son art.

Commander Justice League : Icônes sur Amazon

Publicités

Un commentaire sur “Justice League – Icônes

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :