Suicide Squad (film,2016)

suicide-squad-affiche-film-2016Mon avis sur le film Suicide Squad réalisé par David Ayer

J’avais lu quelques comics de la Suicide Squad lors du lancement des New 52 de DC, et croisé quelques personnages de cette équipe de super-vilains comme Deathstroke et bien sûr Harley Quinn, la nouvelle star que l’on retrouve un peu partout (et sans doute trop, mais ça change de Batman, non ?). Par contre, au vu des premières images du Joker, je craignais son côté atypique et une certaine forme d’actualisation, à coup de look gangsta et de musique rap. Enfin, je me demandais ce que Will Smith venait faire dans ce film collectif, lui qui est habituellement tête d’affiche.

Avec toutes ces réflexions en tête, et après avoir vu le panel Warner Bros à la San Diego Comic Con, je me suis rendu à une projection américaine pour cause de vacances aux USA, donc en V.O. non sous-titrée, ce qui est quand même un challenge pour moi !

Retrouvons donc cette équipe assemblée plus de force que de gré par Amanda Waller (Viola Davis, impeccable) et le gouvernement américain pour faire face aux super-menaces potentielles qui pourraient subvenir après la mort de Superman (dans le film Batman v Superman bien sûr). Un escadron suicide dont le fonctionnement reprend celui des 7 Salopards : des repris de justice, ici à super-pouvoirs ou pas, accomplissent des missions en échanges de remises de peine ou de liberté provisoire. Le tout sous la direction de Waller et du soldat Rick Flag. Le film trouve ici l’un de ses écueils, avec de nombreux personnages à présenter pour le grand public, ce qui oblige à plusieurs apartés et flashbacks qui cassent un peu le rythme et sont parfois insérés dans l’histoire un peu n’importe comment.

suicide squad

De cette équipe se détache aussi deux favoris des lecteurs de comics, cités plus haut que sont Deathstroke et Harley Quinn. Le premier, interprété par Will Smith, monopolise un peu l’écran et joue carrément le rôle de leader, là où Rick Flag a du mal à être visible. Dommage que le côté sanguinaire et froid du personnage cède rapidement face à celui d’un papa gâteau un peu niais.

Harley Quinn, dont le physique avantageux de Margot Robbie est largement exploité, joue sur le côté fofolle de l’héroïne qui à mon avis rend mieux dans le comic book. Ici la difficulté est de ne pas trop en faire, et la limite est parfois franchie. Par contre, le côté love story avec le Joker est assez bien rendu, dommage que je n’aime pas cette vision du clown maléfique incarné par Jared Leto, trop éloignée de celle de la BD, mais sans doute justifiée afin de ne pas refaire ce qui a déjà été vu (dans le Batman de Burton ou dans le Dark Knight de Nolan) ? Dommage aussi que les flashbacks narratifs qui explicitent cette relation ne soient – là aussi – pas toujours judicieux et que leur utilisation fasse penser à des clips vidéos pour groupes de rap.

suicide squad

Enfin, le reste de l’équipe passe au second plan, avec des origines parfois réduites à la portion congrue. Slipknot, Captain Boomerang, l’Enchanteresse et même Katana ou Killer Croc sont expédiés, et seul El Diablo bénéficie d’un peu plus d’exposition.

Passons au méchant, puisque le but du Suicide Squad est quand même de préserver la Terre (enfin, surtout les USA) d’une grosse menace. Et là, c’est encore la déception, avec un méchant en trucages peu réussis, et des sous-fifres pathétiques voire ridicules. Sans parler d’une motivation minimaliste, et de décors de fin du monde vus et revus mille fois (j’ai pensé à Ghostbusters, le vrai, le vieux !). Notons aussi la bande son parsemée de la musique de classiques contemporains mais de façon peu réussie puisqu’un côté nostalgie et second degré n’est pas présent.

Enfin, l’intégration au DC Cinematic Universe est un peu capillotractée et portée par Batman, avec des apparitions dans le film et une scène post-générique où Ben Affleck prépare la transition avec le film sur la Justice League, teasé à la SDCC, en attendant Wonder Woman l’an prochain.

Film bancal au montage raté, plombé par le focus sur deux personnages et par un méchant qui ne passionne guère, un scénario finalement assez sage, Suicide Squad, sans être vraiment désagréable à regarder, aurait pu être largement meilleur, plus déjanté et délirant. Réalisateur peu inspiré ou studio castrateur ? On pourra en juger si un director’s cut voit le jour, mais il ne comblera pas tous les défauts du film.

Malgré la V.O. j’ai compris l’essentiel du film, il faut dire que le scénario n’est guère alambiqué, et je ne pense le revoir qu’à sa sortie vidéo. Et je ne le comparerais volontairement pas aux films Marvel, puisque chaque studio peut travailler de son côté sans forcément se copier, dans le ton ou dans la forme, et que je donne mon avis sur un film, indépendamment des autres. Pas comme certains fanboys ou hateboys sur internet !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :