Besf of Marvel : la mort de Captain MarvelLa Mort de Captain Marvel est un comic-book qui m’a marqué, lors de sa sortie au format Top BD chez Lug, en… 1983 ! D’abord, parce que j’étais ado à l’époque, et que Captain Marvel, premier du nom, était un super-héros populaire à ce moment-là (il a été créé en 1967 par Stan Lee). Un des premiers a être pleinement impliqué dans le côté « cosmique » du Marvelverse. Et surtout parce que le récit mettait sa mort en scène de façon exceptionnelle: un graphic-novel (le 1er chez Marvel), et le fait que Captain Marvel ne meure pas sous les coups d’un vilain, mais d’un cancer incurable.

Pas une mort « temporaire » comme on en voit très régulièrement dans les comics, histoire de relancer l’intérêt pour une revue, mais une mort définitive. Ce Captain Marvel là n’a jamais été ressuscité. C’est un signe à mon avis que son décès a marqué les esprits et que Marvel n’a jamais osé y toucher. Mais que vaut le récit aujourd’hui ?

D’abord, il n’est pas tout seul, mais est accompagné d’autres épisodes pour essayer de remettre le personnage dans son contexte. Dommage que Panini n’est pas jugé nécessaire de faire un peu de rédactionnel pour présenter ces aventures, mais laisse le lecteur se débrouiller. Pourtant, il y a la place pour cela avec des pages inexploitées où l’éditeur préfère répéter le même visuel… J’imagine qu’un nouveau lecteur qui découvre le livre et le personnage sera complètement perdu, voici donc quelques pistes sommaires.

Mar-Vell est un soldat de la race extra-terrestre kree envoyé sur Terre pour espionner les humains et juger de leur capacité à se défendre. Appréciant la planète et ses habitants, il va désobéir aux ordres et décider de rester pour la protéger. Dans l’action, sa protégé, Una, va mourir suite à un combat avec un autre soldat loyaliste à l’empire kree,Yon-Rogg.
Mar-Vell acquis des bracelets, les néga-bandes (ou néga-bracelets) qui lui permirent de permuter sa place avec un humain, Rick Jones (*), en l’exilant dans la zone négative, et réciproquement. Sans doute un moyen d’humaniser le héros avec le dialogue constant qui les reliait, et d’amener le lecteur à s’identifier à lui par le biais du classique alter-égo.

 

Dans le premier épisode présenté dans ce recueil : Captain Marvel (V1) 29, il accède à une « conscience cosmique » qui fait de lui, outre un super-héros, le Protecteur de l’Univers ! Des pouvoirs élargis, donc. Ensuite nous retrouvons Captain Marvel (V1) 34 où notre héros affronte Nitro (**), combat qui aura de lourdes conséquences dans le futur puisqu’il est à l’origine de sa maladie. Dans ces récits, à l’intrigue et aux dessins passablement démodés, apparaissent aussi des personnages secondaires que les habitués à la partie « cosmique » de l’univers Marvel connaissent bien, comme Thanos ou Drax le Destructeur !

Enchaînons ensuite avec Marvel Spotlight (v2) 1 et 2 centrés sur Titan, la lune de Saturne où vivent les amis de Marvel, des extra-terrestres à forte inspiration mythologique grecque. On y trouve notamment Elysius, la dernière compagne de Marvel. A noter que Rick Jones et celui-ci ne sont plus, à l’époque, liés par les néga-bandes et co-existent dans le même monde.

 

Terminons enfin par Marvel Graphic-Novel 1 : the Death of Captain Marvel. Jim Starlin, le scénariste et dessinateur qui a beaucoup oeuvré sur le titre, nous livre une histoire émouvante. C’est en effet Captain Marvel lui même qui raconte, et résume les faits marquants de sa vie. Prise de conscience de la maladie, lente dégénérescence, regrets (dont celui de ne pas mourir au combat), et tentatives désespérées de ses amis et de ses proches pour le sauver, en vain. Marvel quittera donc la scène entouré de super-héros impuissants à le guérir, mais se battra jusqu’au bout, avant d’accepter l’inéluctable.

death of captain marvel

Le point d’orgue du volume est sans conteste ce récit, parfaitement réussi et maîtrisé, même s’il faut reconnaître qu’il a quand même vieilli, 30 ans plus tard. Il reste néanmoins le témoignage d’une grande histoire, et d’un grand héros, dont le souvenir reste vivace. La preuve en est qu’on a vu depuis des enfants ou même un clone de Captain Marvel revenir dans le Marvelverse, ce n’est pas sans raison.

Un Best of Marvel à conseiller aux nostalgiques, à ceux qui veulent se pencher sur l’histoire d’un héros mythique, mais peut être peu judicieux pour des lecteurs moins expérimentés, la faute notamment à un éditeur qui rate là une occasion de faire un travail de fond. De même, et hélas, ce livre n’a pas été ré-imprimé ni transféré dans une collection plus écononomique, il faudra donc se tourner vers l’occasion pour le trouver…

Captain Marvel

(*) Rick Jones fut sauvé de l’explosion de la bombe gamma par Bruce Banner, ce qui transforma ce dernier en Hulk. Puis il fût coéquipier de Captain America, du fils de Captain Marvel, Genis-Vell, et devint récemment super-héros sous le nom de A-Bomb !
(**) Nitro est également le super-vilain à l’origine de l’explosion de la ville de Stamford, accident qui déclenchera Civil War, événement majeur chez Marvel.

Publicités