Aquaman – tome 4 : Tempête en Eau Trouble

aquaman tome 4

On continue la série régulière Aquaman après un tome 3 qui voyait beaucoup de monde essayer de grimper sur le trône de l’Atlantide à la place du roi controversé !

Aux prises avec une monstrueuse créature sortie des abysses (fans de Godzilla et de Pacific Rim, vous serez aux anges), Aquaman est toujours considéré comme un usurpateur par de nombreux atlantes. Pour compliquer les choses, il se fait voler son trident, qui va servir à ouvrir un portail vers une dimension peuplée de monstres, lâchés dans notre monde et accompagnés d’un Hercule devenu fou. L’occasion de lier Aquaman à la mythologie grecque (logique d’une certaine façon, puisque Platon a été le premier à évoquer l’Atlantide !) et de faire se rejoindre le seigneur des océans et la déesse de la guerre, Wonder Woman (en France, qui plus est) !

aquaman wonder woman

Un autre héros de DC fera son apparition dans les pages de ce tome, en la personne de Swamp Thing, qui intervient lui aussi dans les affaires marines par le biais de la vie végétale des bas-fonds. Un épisode de sa série figure d’ailleurs ici, afin d’approfondir et de compléter l’histoire. Mais n’aimant ni le personnage ni son concept, je n’ai pas accroché à cette partie du récit.

aquaman 31

Le scénario de Jeff Parker (qui prend la suite de Geoff Johns) ne s’encombre pas toujours de subtilités et ce tome est bourré d’action quasiment non-stop, même s’il ménage quelques plages où Arthur Curry, la personnalité terrienne d’Aquaman, va notamment à une réunion d’anciens élèves de son lycée. Une façon d’essayer d’ancrer le monarque dans un environnement de la surface alors que son quotidien est surtout monopolisé par Atlantis ces derniers temps.

La belle Mera est toujours à ses côtés, et conserve son fort caractère, en gérant notamment une tentative de meurtre à son encontre, qui lui fait rencontrer une alliée inattendue. Ou encore en aidant Wonder Woman de façon musclée dans l’Annual #2 de la série qui revient sur le destin des monstres grecs.

Au dessin, Paul Pelletier assure toujours même si la collaboration avec Sean Parsons le dessert. Quant à l’Annual, il est signé Yvel Guichet et Alvaro Martinez et est plutôt moche.

Un tome en dessous des précédents, sans doute par une succession d’intrigues moins épiques et des crossovers qui paraissent un peu artificiels, l’ensemble reste correct mais j’espére de prochaines aventures plus passionnantes.

Contient Aquaman #26-31, Aquaman Annual #2 +Swamp Thing #32

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :