batwoman tome 2 urban comics

Après un tome 0 et un tome 1 vraiment excellents, j’avais hâte de retrouver Batwoman, une des meilleures séries de comics de ces dernières années, qui a une identité visuelle forte, et est agréablement adulte, avec un scénario basé sur autre chose que des bastons permanentes ! Mais je le craignais aussi, puisque l’excellent co-scénariste et fantastique dessinateur J.H. Williams III n’était que peu présent aux crayons…

En Immersion comprend les numéros #6 à #11 de la série régulière et le numéro #0 qui, dans la publication US, était intercalé entre les #12 et #13 (j’ai déjà parlé ailleurs du « mois zéro » des New 52). Un placement qui peut faire débat, on aurait pu le trouver au début du prochain tome. Mais il s’explique par le fait qu’il est un bon résumé des débuts de Batwoman, sous la forme d’une lettre que son alter ego Kate Kane laisse à son père, au cas où une de ses missions tourne mal. Émouvant, même si l’on regrettera un peu le classissisme dont fait preuve JHWIII, pour une fois ! D’autant qu’il adopte son trait « rétro » pour ce retour dans le passé.

Les dessins des trois épisodes suivants sont confiés à Amy Reeder et là, le niveau baisse sensiblement. C’est correct, mais pas inoubliable, avec quelques poses sympathiques mais aussi des planches moyennes, et les compositions et autres découpages sont très classiques.

batwoman 8

Puis Trevor McCarthy reprend les choses en main avec les trois derniers épisodes, nettement plus jolis et avec des efforts de mise en page. on n’est bien sûr pas au niveau du maître, mais on sauve la mise !

Côté scénario, c’est un vrai puzzle, et il faut avoir lu ce qui précède, je pense d’ailleurs que le format librairie convient bien à cette histoire complexe dotée de nombreux flashbacks. J’ai hâte en tout cas de lire la suite.

A côté de la trame principale liée à la mystérieuse organisation Medusa, les personnages sont bien développés. Kate s’entiche de la policière Maggie Sawyer, tandis qu’elle doit travailler contrainte et forcée avec l’organisation D.E.U.S. et donc Cameron Chase qui connait son secret. Tandis que sa cousine Bette, toujours dans le coma, est visitée régulièrement par le père de Kate, qui souffre de leur différend, tout comme sa fille, d’ailleurs.

Ajoutons à cela une belle brochette de monstres, avec le retour de la Pleureuse, un Killer Croc qui n’en finit pas de muter, un métamorphe, de la magie, un soupçon de Batman, et bien d’autres choses, on a ici une histoire bien remplie et de nombreux rebondissements, avec une galerie de personnages qu’on prend plaisir à voir évoluer.

batwoman 10

Une série qui confirme donc son grand intérêt et bénéficie d’un style bien particulier et original, alliant super héros, ville glauque, disparitions inquiétantes, magie, monstres et légendes urbaines. Le dessin est en dessous de ce qui a précédé (mais le niveau était tellement haut…), on se rattrapera dans le prochain tome avec le retour de J.H. Williams III aux crayons, et l’arrivée de Wonder Woman pour aider la belle rousse à affronter Medusa !

A lire aussi :

Acheter sur Amazon