iron man extremisLa sortie, dans la collection Marvel Comics des éditions Hachette, de la saga Extremis, est l’occasion pour moi de chroniquer cette histoire d’Iron Man, que j’avais acheté en édition Graphic Novel. Il s’agit ici des premiers épisodes d’une série régulière (la quatrième) consacrée à Tête de Fer, publiée en V.O. en 2005/2006, qui a largement inspiré les films Iron Man et Iron Man 3.

Extremis est devenu un classique des aventures d’Iron Man. Cette histoire revisite le passé de Tony Stark, en situant sa blessure et l’invention de son armure lors de la première Guerre du Golfe (et non plus celle du Vietnam), ce qu’on appelle en terme « technique » un retcon ou continuité rétroactive. Une manière bien pratique d’actualiser et de moderniser le personnage !

Iron Man extremis saga

Tandis que les origines de Tête de Fer reviennent en flashback, l’histoire principale se concentre sur le fait qu’une invention biologique de haute technologie, baptisée Extremis, a été volée et vendue à des terroristes. L’un d’entre eux se l’ait fait injectée et a développé des super pouvoirs qui le rendent capables de surpasser Iron Man et de menacer la sécurité des USA. Technologie mécanique contre biologie améliorée, Tony Stark se pose des questions sur la façon d’améliorer encore son alter ego, mais aussi sur son rôle. Iron Man n’est qu’il qu’une version améliorée des armes qu’il a inventé lors de ses débuts ? Est-il capable de concevoir autre chose que des engins de destruction ? Que souhaite-t’il faire de son futur ? Le subir ou en être un acteur ? Telles sont les principales questions soulevées par le scénario de Warren Ellis.

Des réflexions qui vont le faire rencontrer une ancienne amie, Maya Hansen, petit génie elle aussi, à l’origine d’Extremis, et conduire à une évolution importante du personnage puisque Stark va tester une nouvelle manière de contrôler son armure, en devenant quasiment au sens propre Iron Man.

Les dessins d’Adi Granov sont plutôt spéciaux et originaux, j’avoue avoir parfois du mal avec lui. Froids, manquant d’émotion, parfois de détails et assez figés, il est très bien pour les couvertures et les pin-ups mais rend un peu trop statiques les scènes d’action.

Extremis est une très bonne histoire qui actualise et modernise les origines d’Iron Man, tout en soulevant d’intéressantes questions à la fois sur son rôle et celui de son alter ego Tony Stark, et en modifiant une partie de ses super pouvoirs. Hautement recommandable.

Disponible en plusieurs éditions (100 % Marvel, Marvel Les Grandes Sagas…), à chiner en occasion, Extremis a été à nouveau édité au format Graphic Novel en juillet 2014.

Acheter sur Amazon