affiche film batman the dark knight rises

Attendu depuis des années par des hordes de fans, voici donc Batman The Dark Knight Rises, dernier volet de la trilogie réalisée par Christopher Nolan. Lequel a eu la lourde charge de relancer l’univers Batman au cinéma, après les dérives du cycle précédent.

Batman The Dark Knight Rises est donc la suite directe de Batman Begins et de The Dark Knight, auxquels il fait d’ailleurs de fréquentes allusions. Le fan ne sera donc pas perdu et y retrouvera ses marques, les flashbacks sont d’ailleurs assez présents.

Cette fois, le méchant est Bane, célèbre dans la BD pour avoir estropié durablement le Chevalier Noir et l’un des intérêts de leur confrontation est aussi de savoir si le cheminement cinématographique va être similaire ou pas. Ajoutons aussi Catwoman, dont le rôle est toujours trouble, partagée entre ses instincts de voleuse et son attirance pour Batman.

Du côté du scénario, c’est un classique de la descente aux enfers du héros, un Bruce Wayne sur le déclin – et un Batman au bout du rouleau, battu par plus fort que lui. Ayant tout perdu, amour, amis, fortune, il devra puiser dans ses ressources pour revenir au premier plan.  Classique mais efficace même si certains raccourcis sont assez faciles et nuisent à la crédibilité de l’ensemble. Comme Wayne/Batman, la ville de Gotham souffre, est partiellement détruite, brûlée et aura du mal à se relever de la main-mise de Bane sur ses ressources. Par contre, je l’ai trouvée moins réussie que dans les films précédents et lorgnant moins du côté gothique/dark.

Pour le casting, tous les acteurs de la trilogie sont là. A commencer bien sûr par Christian Bale, toujours aussi charismatique en Wayne. Hélas, et c’était déjà le cas dans les films précédents, je n’aime pas trop cette vision monolithique de Batman, engoncé/caparaçonné dans son armure, qui le rend rigide. Je préfère une idée d’un Batman plus acrobatique, mais c’est le parti-pris de Nolan. A ses côtés, la splendide Anne Hathaway, dont la présence en tant que Catwoman m’avait laissé dubitatif, assure le coup et est parfaitement crédible. On retrouve bien dans son rôle la dualité voleuse/amoureuse des comics.

anne hathaway catwoman

Gary Oldman, Morgan Freeman et Michael Caine sont bien sûr de la partie (et même Liam Neeson !). Et il y a bien sûr un hold-up d’une partie du cast d’Inception (du même Nolan), avec Tom Hardy qui campe un Bane impressionnant, une bien morne Marion Cotillard avec une scène qui restera dans les an(n)ales et un « dynamique » Joseph Gordon-Levitt plus que présent…

bane the dark knight rises

Un ensemble réussi, mais il faut dans ce cas fermer les yeux sur les nombreuses approximations, invraisemblances et raccourcis que Nolan a utilisé pour son film. Difficile de les citer sans spoiler le film, mais leur nombre m’a fait tiquer plus d’une fois pendant la projection. Et c’est bien dommage, car on peut faire un film de super-héros avec une cohérence et une (relative) vraisemblance qui ne sont pas toujours présents ici.

Du coup, le propos est amoindri et le film perd de sa force. Batman The Dark Knight Rises ne sera donc pas pour moi l’apothéose finale de la trilogie, et même s’il reste très bon, je le placerai loin derrière le coup de maître que fût The Dark Knight, dont il n’a pas la force épique.

affiche dark knight rises

Acheter le DVD ou le Blu-ray sur Amazon