saga house of M

L’évent House of M fût lévènement de l’année 2005 chez Marvel. Publié par Panini en 4 petits fascicules, il fut ensuite édité en Marvel Deluxe, trouvable uniquement à prix d’or aujourd’hui. Autant dire que j’avais fait l’impasse dessus…

Heureusement, le voici dorénavant dans la collection Marvel Select, qui republie les Marvel Deluxe au format économique : couverture souple, papier supérieur mais pas glacé, volume broché, à un prix attractif (16.30 euros pour 232 pages). Une bonne initiative de Panini pour pouvoir mettre la main sur une histoire qui a changé l’univers Marvel et plus particulièrement celui des X-Men !

Niveau éditorial par contre, Panini reste fidèle à son habitude et ne présente pas le contexte de l’histoire, voici donc un petit résumé de ce qui a précédé cette saga.

Après une série d’attaques contre les Avengers, qui ont causé la mort de Ant-Man (Scott Lang), Vision et Hawkeye, les Vengeurs se rendent compte que c’est un de leur membre, la Sorcière Rouge, qui est derrière tout çà. Rendue progressivement folle par la perte de ses enfants, des jumeaux, et par ses pouvoirs de manipulation de la réalité, elle a commencé à accuser les Vengeurs de ce deuil et s’est vengé d’eux. Stoppée avec l’aide de Docteur Strange, elle a ensuite été emmenée par son père Magnéto et son frère Vif-Argent. Les Vengeurs n’en sont pas sortis indemnes, cette période fût chez Marvel nommée « Avengers Dissassembled« , et la série s’arrêta, remplacée ensuite par New Avengers.

house of M avengers x-men

Revenons donc aux épisodes 1 à 8 de House of M présentés ici.

Inquiété par les pouvoirs de plus en plus difficilement contrôlables de la Sorcière Rouge, Charles Xavier décide de réunir les Avengers et les X-Men pour décider de son sort. Partis la voir sur Genosha, où elle est sous la garde de Magneto, les deux équipes… disparaissent !

Nous découvrons alors une réalité alternative (la Terre-58163 pour les connaisseurs), avec de nombreux clins d’oeils aux lecteurs: Peter Parker est marié à Gwen Stacy, Cyclope à Emma Frost, Steve Rodgers est un centenaire bedonnant (bah oui, il n’a pas passé 40 ans en hibernation !), Dazzler est star de télé, les FF n’existent pas car ils sont morts dans le crash de leur vaisseau etc… Un univers où les mutants sont pleinement comblés et sont presqu’aussi nombreux que les humains, rebaptisés dédaigneusement sapiens. Et où Magnéto est le chef d’un état mutant respecté.

Mais le facteur auto-guérisseur de Wolverine fait des siennes et lui redonne pleine mémoire sur l’univers « normal » (et sur son passé d’ailleurs, mais c’est une autre histoire…)…

House of M est, on le comprendra, une histoire ambitieuse, signée Brian M. Bendis, qui a des répercutions encore aujourd’hui sur l’univers des X-Men. En effet, dans sa conclusion, la Sorcière Rouge effacera du globe la plupart des mutants qui y existaient. Une situation qui ne semble changer que lentement depuis le retour de Hope Summers dans Second Coming

Graphiquement, c’est Olivier Coipel qui officie et c’est tout simplement superbe. De beaux personnages, des scènes d’action très claires et lisibles malgré une multitude de personnages, rien à redire sur le travail de ce frenchie très doué.

house of M dessin Olivier Coipel

Quelques bémols quand même parce qu’il faut bien râler ! Au niveau de l’histoire, la présence de Layla Miller permet de redonner conscience aux héros de façon fort opportune, quant aux pouvoirs des X-Men de l’équipe active du moment, ils n’ont quasiment pas été supprimés. Des ficelles donc un peu grosses pour sortir de la situation initiée par la Sorcière Rouge sans trop toucher aux X-Men, mais c’est un peu un passage obligé pour pouvoir continuer la série.

En conclusion, House of M est un évènement majeur de l’histoire récente Marvel, sa lecture est donc incontournable et sa ré-édition dans la gamme Marvel Select la rend accessible à tous.

Côté bonus, le (faux) journal The Pulse de cet univers parallèle est bien réussi et bourré d’allusions amusantes. Et en toute fin d’ouvrage, on trouve une galerie des couvertures régulières et variantes, dont de nombreuses sont superbes (j’apprécie notamment celles d’Esad Ribic).

House of M dessin Esad Ribic

A noter qu’il y eût de nombreux tie-ins à House of M, ainsi que des séries limitées se situant dans cet univers : House of M : Avengers, Civil War et Masters of Evil par exemple (je vous recommande l’avis de Loran83 au sujet de cette dernière, parue dans un Marvel Heroes Extra) ou encore Son of M (une mini-série s’intéressant au devenir de Vif-Argent).

Parution 18/01/2012.

A retrouver dans : Chronologie rapide des évènements récents du Marvelverse