before -watchmen-1-urban-comics

L’évènement Before Watchmen est enfin là !

Premier magazine bimestriel, parmi les sept qu’Urban Comics va consacrer à la diffusion des huit mini-séries US qui constitue l’évènement,  ce numéro 1 arrive en kiosque avec les Minutemen, le Spectre Soyeux, le Hibou, le Comédien et Ozymandias (sans oublier le Corsaire Sanglant !).

J’avais écrit ici (il y a un an !) tout le bien que je pense du chef d’oeuvre Watchmen (à posséder absolument, dans l’édition Urban Comics de préférence), j’étais donc à la fois curieux et inquiet de voir arriver les mini-séries que DC Comics a décidé de lancer, sans respecter la volonté du créateur Alan Moore. Alors, souhait de développer des personnages dont on connait le futur, ou exploitation commerciale de la chose ? Un peu des deux, forcément.

Minutemen raconte les coulisses de la première équipe de super-héros de cet univers alternatif, du point de vue du premier Hibou. Scénario et dessins de Darwin Cooke, qui collent bien au côté « rétro » de l’histoire.

before-watchmen-minutemen-1

Le Spectre Soyeux par Cooke (encore) et Amanda Conner, nous dévoile les origines de la fille de Sally Jupiter. Avec un dessin qui mélange les genres. Un peu creux, c’est le récit qui m’a le moins plu du magazine.

Le Comédien a trempé dans toutes les magouilles et dans toutes les guerres, on le retrouve donc aux côtés de JFK, à une époque cruciale pour les USA. Ses méthodes expéditives sont bien connues, mais il ne peut tout empêcher…

Straczynski et le duo Andy/Joe Kubert sont aux commandes du Hibou, récit d’initiation qui conte le passage de relais entre le premier justicier des Minutemen et le héros moderne de Watchmen. Intéressant et bien dessiné.

Enfin, sans doute mon récit préféré avec Ozymandias, surdoué mégalomane, dans une histoire écrite par Len Wein et superbement mise en images par Jae Lee. Du grand art pour un personnage fascinant.

before-watchmen-ozymandias-1

Et pour finir, le Corsaire Sanglant, allusion à la BD dans la BD que l’on retrouvait dans Watchmen. Pas passionnant, l’effet étant éventé par son illustre modèle.

Loin d’égaler l’oeuvre originale (mais il est difficile de juger sur un seul numéro), ces mini-séries confiées à quelques pointures des comics sont d’un intérêt variable mais permettent de prolonger la découverte de cet univers atypique. Une lecture qui n’est pas nécessaire mais que les fans apprécieront, je ne la conseillerai par contre pas vraiment à ceux qui n’ont pas lu l’oeuvre d’origine, malgré le rédactionnel d’Urban Comics pour aider à situer le contexte…

Ce premier numéro bénéficie également (pour un léger surcoût) d’une couverture variante signée Jim Lee avec le Juge Masqué en vedette.

before -watchmen-1-couverture-variante