the-twelve-tome-1-un-siecle-difficile

Les super héros ont participé à la Seconde Guerre Mondiale, n’en doutez pas ! Captain America, Namor et les autres Invaders ont porté le combat jusqu’au coeur de l’Allemagne nazie. A leur côtés, des héros moins connus ont aussi participé à la fin de la guerre.

The Twelve raconte l’histoire de douze d’entre eux, qui se trouvaient par hasard au même endroit et se sont retrouvés piégés par les allemands en 1945, puis maintenus en animation suspendue jusqu’à leur découverte lors de travaux récents, en 2008 !

A l’occasion de la sortie du tome 2, j’ai pu trouver avec chance le premier volume, « Un Siècle Difficile », sorti en 2009 chez Panini au format « 100 % Marvel ». Il reprend les 6 premiers épisodes d’une mini-série qui en compte 12 et tarda à être finalisée, d’où sa conclusion 3 ans après son début !

the-twelve

Propulsés bien malgré eux en 2008, juste après la guerre civile (Civil War) qui vit s’affronter les super-héros Marvel, ces personnages du Golden Age découvrent un monde moderne bien différent de celui qu’ils imaginaient dans les années 40, lorsque le bien et le mal semblaient plus facilement distinguables.

Une transition difficile initiée par une petite comédie de reconstitution historique à l’hôpital qui rappellera sans doute des souvenirs à ceux qui ont vu le film Captain America ! Avant que les héros découvrent que leur futur idéal est devenu notre présent : l’heure des désillusions sonne (où sont passées les voitures volantes et les fusées portatives ?). D’autant que la vie a continué sans eux, ainsi certains ont perdu leur famille ou sont devenus des étrangers pour celle-ci. La rançon d’avoir fait passé le devoir avant le bonheur individuel…

Des héros que l’armée tentera d’utiliser pour ramener un peu de morale et d’exemplarité dans le monde moderne, qui en manque cruellement. Mais bien sûr, chaque époque à ses secrets et les choses ne sont pas forcément si simples…

the-twelve-2

Une histoire qui fleure bon la nostalgie de l’Age d’Or et l’époque des pulps avec des héros qui d’ailleurs n’avaient pas forcément de super pouvoirs, et portaient des costumes maintenant jugées rétro voire ridicules, sans parler des noms comme Dynamic Man, Laughing Mask ou le Reporter Fantôme ! Une histoire que j’ai bien appréciée, signée J. Michael Straczynski au scénario et Chris Weston au dessin.

Une mini-série en 12 épisodes dont la fin de publication fut retardée par les autres projets artistiques de l’équipe créative, et un second tome qui vient donc seulement de sortir en VF, et dont je vous parlerai sous peu.